Rentrer à la maison sans son bébé, inimaginable mais malheureusement ça n’arrive pas qu’aux autres…

Prématurité

…dure réalité !

Le retour à la maison de maman

Enceinte, on ne l’imagine pas car bien évidemment on ne pense pas une seconde que cela puisse nous arriver. Rentrer à la maison sans son bébé, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Chaque année de nombreuses familles vivent cette même souffrance et même si on s’y prépare légèrement, c’est une étape ultra difficile.

On le sait qu’en accouchant prématurément, notre bout’chou sera hospitalisé en réa ou néonat, et devra surement rester quelques semaines pour se remettre de cette naissance un peu trop en avance. Quand vient le jour J, je peux vous assurer que notre cœur est en mille morceaux.

Ce ventre vide avec un belle cicatrice, te rappelle qu’un bébé a bien séjourné à l’intérieur mais toi, tu n’as pas la chance d’avoir ce petit cosy avec un nouveau né tout neuf à en sortant de la maternité. Je crois que je n’ai jamais autant pleurer de ma vie que le 1 février. Heureusement, mon homme était là pour me soutenir…

Cette sensation de vide, pas de pleurs à la maison, pas de bébé à changer, pas de nourrisson qui se réveille à pas d’heure…. Rien à la maison, seulement une armoire qui grossit de petits vêtements trop mignon…

Pour ma part, j’ai l’impression d’être une maman à mi-temps. Je partage les premiers jours de ma fille avec les puéricultrices et les auxiliaires. Ma fille ne me connait qu’à travers les 4-5 heures que je passe avec elle tous les jours. Je suis déjà fière, elle reconnait ma voix. Ces journées sont rythmées par les soins, les examens, les pleurs des autres bébés et ses pleurs à elle. Elle ne connait pas encore le bienfait de prendre l’air et de vivre dans un lieu moins bruyant. Il est donc difficile de trouver sa place dans un service, même si le personnel médical nous encourage à faire “comme à la maison” mais on est pas “à la maison”…

La question qui tue

Et cette question qui revient sans cesse : “ben elle est où la petite” ? … Car beaucoup ne comprennent pas qu’elle est juste née 2 mois trop tôt. En même temps, je ne leur en veut pas mais punaise, si elle était rentrée à la maison, elle serait dans mes bras ou avec nous. Je sais que c’est une question maladroite, mais si vous voyez des jeunes parents sans leur bébé, évitez de poser la question. Ça fait drôlement mal de devoir expliquer,encore et encore, alors on prend sur nous, on ravale nos larmes et on ré-explique une énième fois.

Toujours expliquer et re-expliquer ce qui nous arrive.

Certains jours en quittant la maternité, tu ne sais pas pourquoi les larmes coulent toutes seules. Injustice, fatigue, envie que cela soit enfin derrière nous, démuni…. mais toujours garder la tête haute car un grand frère attend à la maison.

En conclusion : rentrer à la maison sans son bébé est extrêmement difficile. On se sent démuni et incompris même si de nombreuses personnes essaient désespérément de nous aider. La douleur s’apaise un peu au fil des semaines mais ne disparaît pas, elle est bien là. Cette douleur que l’on ne peut pas expliquer. Je crois que cette épreuve aura laissé bien plus de marques non visibles qu’on ne le pense.

2 Comments on Prématurité : rentrer à la maison sans son bébé

    • Oui ça rend fort mais sur le coup c’est un vrai coup de massue. Je crois que l’on est doté d’une force incroyable que l’on imaginait même pas avant que cela nous arrive. Heureusement pour nous , elle est rentré depuis peu… Et c’est un vrai soulagement 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.