Enceinte & hospitalisée

Enceinte & hospitalisée

Après enceinte & incomprise, je vous propose de lire enceinte & hospitalisée !

Pas de panique, on va bien 🙂

Je vais donc vous raconter le pourquoi du comment, je me suis retrouvée hospitalisée à 7 mois de grossesse.

Enceinte & hospitalisée : épisode 1

Samedi 12 janvier, je décide d’aller faire mes analyses pour mon rendez-vous du mercredi suivant. Une prise de sang et un test urinaire plus tard, je sors du labo et vaque à mes occupations, autrement dire shopping avec maman. Je rejoins donc ma mère, qui me dit que j’ai une sale tête et que mon teint n’est pas top. En même temps, je venais de passer une nuit horrible (vive les insomnies).

13h : coup de téléphone bizarre, je décroche (chose extrêmement rare) et là, le labo qui me demande de venir en urgence chercher les résultats et surtout d’aller en urgence à ma maternité. Les laborantines m’attendaient sur le trottoir car le labo venait de fermer et elles ont demandé à ma mère de m’amener direct aux urgences. Ma protéinurie était à 5.19g/L de sang alors que normalement, une femme doit être à 0 (ou grand max 0.3g/L de sang).

Enceinte & hospitalisée : épisode 2

Arrivée aux urgences, je suis prise très rapidement. On ne me dit rien, on m’ausculte, me pose le monito et tensiomètre. Au bout d’une heure, je commence à faire des tâches rouges sur le visage et ma mère s’aperçoit que ma tension ne fait que monter. Elle appelle la sage-femme, qui me pose des tonnes de question :

  • est-ce que j’ai mal à la tête ? NON
  • est-ce que j’ai les oreilles qui bourdonnent ? NON
  • est-ce que j’ai des mouches devant les yeux ? NON
  • est-ce que j’ai une barre entre le ventre et le coeur ???? Euhhhh oui…
  • Est-ce le même papa que pour le 1er ? Ohhh que oui (cette question m’a été posée au moins une dizaine de fois)…

Elle enchaîne les examens, prises de sang… Bref, au bout de 6h le verdict tombe : Madame, vous faites une pré éclampsie et vous allez être transférée à l’hôpital Antoine Béclère à Clamart car ici, nous ne prenons pas en charge les naissances d’enfants de 32SA.

QUOI ???

J’avoue qu’à ce moment là, je ne comprends pas encore la gravité de la chose. Les médecins s’enchaînent dans ma chambre pour m’expliquer ma pathologie et les conséquences sur mon bébé… Je comprends que c’est grave mais le personnel est tellement zen que je n’angoisse pas spécialement.

Enceinte & hospitalisée : épisode 3, le transfère

22h : une ambulance vient me chercher et je suis prise en charge directement à mon arrivée à Béclère. Le personnel me refait des batteries de examens mais sans m’en dire davantage. Je sais que j’ai de la tension mais on ne m’a pas encore bien expliqué la pré éclampsie et ses conséquences.

Après encore plus de 3h d’examen, on me monte enfin dans une chambre pour que je puisse me reposer un peu. Le personnel est toujours aussi gentil mais je reste dans le flou le plus total.

Enceinte & hospitalisée : épisode 4; le 1er jour

Lundi matin : je suis dans ma chambre et là le défilé des médecins. Une interne, me demande si j’ai bien compris la gravité de ma pathologie et les conséquences d’un accouchement prématuré. Euhh, oui j’ai compris que c’était grave mais je ne pensais pas être immédiatement en danger de mort. De plus, ma poupée n’est qu’à 32SA, elle est encore toute petite (et c’est bien ça le problème de la pré éclampsie….).

Dans cette journée, j’ai eu la visite du chef gynéco qui me redemande si j’ai bien compris la gravité des hausses de tension (je monte à 17.10…), l’anesthésiste (qui me pose des tonnes de questions sur mon problème cardiaque, alors que mon cardiologue m’avait toujours dit que cela n’était pas très important, bizarrement ici, tout prend des proportions énormes), le pédiatre (qui me parle de la prématurité d’une naissance à 32SA) et pour finir un psychologue (le plus cool des médecins vu dans cette journée).

On m’annonce que je n’ai pas les mêmes symptômes que les autres femmes face à cette maladie et surtout que je m’enfonce très rapidement. Je suis donc sous surveillances H24 avec comme date de sortie : après l’accouchement…

Cette même journée, il leur est impossible de m’en dire davantage sur mon futur accouchement. Quand ? Comment ? Césarienne ? Voix basse ? Urgence ou pas ? Combien de temps dois-je tenir au max pour limiter la prématurité ? Bref, plein de questions auxquelles personne ne peut répondre.

Enceinte & hospitalisée : 1ère semaine

Après avoir assimilé et vite compris que mes hausses de tension étaient graves, j’ai également pris conscience que mon accouchement pouvait survenir à tout moment. Si mon corps décide de rendre les armes et que le combo : tension + analyses de sangs — + maux de têtes et/ou ventre + contractions = accouchement césarienne d’urgence. J’ai donc bien assimilé que les choses peuvent vite dégénérées et qu’ils prendront une décision très rapidement.

1 semaine s’est long, 1 semaine sans mon loulou, 1 semaine à relativiser puis à s’effondre, 1 semaine où je gratte chaque jour  pour que ma princesse soit la moins prématurée possible.

Durant cette semaine, j’ai quand même trouvé des choses positives :

  • Le présence des blouses rose : c’est une association qui vient nous apporter des petites distractions comme de la couture et j’avoue que cela fait un bien fou. J’ai donc pu choisir de faire un doudou en couture. Le but étant de tuer du temps mais sans trop penser. Les femmes bénévoles sont adorables et attentives. C’est une très belle initiative. Elles viennent dans les locaux 2 fois par semaine.

enceinte & hospitalisée

  • Une socio-esthéticienne : alors là c’est le TOP ! Elle vient proposer ses services gratuitement et prend soin de nous : massage des mains/pieds, épilations (rapide), manucure…. Bref, un petit moment de détente où l’on se retrouve en tant que femme et surtout où on apprend à se détendre un peu. Une véritable parenthèse de bonheur et de détente.

Enceinte & hospitalisée : conclusion

Certes, j’ai envie de retourner chez moi et que l’on me dise que cela n’était qu’une mauvaise surprise. Que je vais pouvoir profiter pleinement de mon congé pour préparer doucement son arrivée et profiter de mon Loulou, mais non. Je suis cloîtrée ici, donc autant positiver…

Je peux vous dire, que je ressens bien, certains jours, que mon corps en marre. Après chaque “crise” j’ai beaucoup de mal à revenir dans un état “normal” et la fatigue se fait ressentir. Heureusement, que je suis à l’hôpital car les crises sont de plus en plus fortes et de moins en moins perceptibles.

Bref, dans mon malheurs j’ai déjà gagné 1 semaine sur la prématurité de ma princesse. 1 semaine de gagnée = moins de risques pulmonaires, des options supplémentaires pour l’alimentation… Bref, chaque jour est une véritable victoire !

 

Bebeboutik

◂ Older comments

33 Comments on Enceinte & hospitalisée : toujours relativiser !

  1. Tu es super courageuse ma Jess! Et ta princesse aussi!
    Je pense fort à toi. Tout ça ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.
    J’allais te dire de profiter pour tricoter mais je vois que c’est Déjà le cas
    plein de bisous ❤️

    • Merci beaucoup Christel… Tu sais, je ne sais pas vraiment si c’est du courage… Je pense que toutes les mamans du monde feraient exactement la même chose 🙂
      Effectivement, je me dis que d’ici quelque temps ça ne sera qu’un vieux souvenir.

      Bisous
      Jessica

  2. Ah oui tiens je n’avais pas tilté que c’était ton 2eme apres une 1ère grossesse sans souci ! C’est clair que c’est rare …
    Allez, un Jour de gagné est un jour de gagné !! Elle continue bien à grossir ?
    (Juste pour info : si tu as des sœurs elles deviennent automatiquement “à risque” car il y a un facteur génétique dans le risque de prééclampsie)

    • Oui oui c’est ma deuxième grossesse et qui plus est avec le même papa (les médecins pensaient que j’avais un autre conjoint car comme tu le dis normalement cela survient à la 1ere grossesse). Donc c’est vrai que les médecins ont dû mal à trouver une explication et celle qui revient le plus : c’est la faute à pas de chance.
      Niveau poids de la poupette : c’est difficile pour elle de prendre du poids. On a vérifié à mon arrivée, elle était estimée à 1.4kg et une semaine après, toujours 1.4kg (mais possibilité de se trouver dans la marge d’erreur). On refait une écho le 1er février (si on tient jusque là), pour vérifier qu’elle suit au moins sa courbe.
      Je ne savais pas qu’il y avait un facteur de génétique, heureusement pour moi je n’ai pas de soeurs mais je vais quand même mener ma petite enquète…

      Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

      Belle journée,
      Jessica

  3. Bon courage. Ce ne doit pas être évident du tout. Le mieux est effectivement de voir les choses positivement. Plein de bonnes ondes pour toi et bébé.

  4. Coucou !
    Ma pauvre, c’est vraiment pas une situation facile, les joies de la grossesse…
    Tu as raison de positiver, et puis quand ton bébé sera dans tes bras tout sera oublié 🙂
    Bon courage pour la suite ! Bises

◂ Older comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.